[Réflexions] Combien de niveaux de pledges pour ma campagne ?

J’avoue que, ces derniers temps, j’ai été un peu moins dispo et que le blog a quelque peu été mis en jachère, mais je vais essayer de me rattraper et de faire quelques articles. En fait, j’avais plusieurs sujets que je voulais traiter en billets vidéo mais faute de temps j’ai sans cesse remis au lendemain… Aujourd’hui je vais donc traiter en billet classique un des sujets qui traînait un peu en attente d’une vidéo. Je m’excuse pour ceux qui ont vu passer le brouillon il y a quelques jours, cette fois ci c’est le vrai billet…

La question du nombre de pledges (et évidemment de leur contenu et leur prix) est certainement parmi les toutes premières à se poser quand on veut lancer une campagne de crowdfunding. Je ne vais pas aujourd’hui rentrer dans les détails de comment les déterminer, ou comment optimiser leur contenu, mais plus essayer de vous donner des pistes de réflexions sur le nombre que vous allez en proposer : un, deux, six, dix ? Et sur les erreurs à éviter de commettre.

Alors déjà, il est important que je précise que comme tous mes billets de type “Réflexions” il s’agit plus d’avis personnels (et donc ouverts à débat), mais encore plus ici parce que chaque campagne est particulière. Et même si il existe dans l’absolu des configurations idéales, elle ne seront pas toujours adaptable à toutes les campagnes. Et même en allant plus loin, certaines campagnes de part l’aspect particulier de leurs contributions, risquent de ne pas rentrer dans les solutions “génériques” que je vais vous proposer dans ce billet.

Malgré tout, je pense que la grande majorité des campagnes devrait pouvoir rentrer dans le moule que je vais vous proposer, et surtout que pas mal de campagnes passées auraient évité bien des soucis en simplifiant leur offre dans le sens des pistes de réflexion que je vais vous proposer.

Les différends niveaux de pledge

En fait, j’ai envie de dire que l’on devrait plutôt parler “du niveau de pledge”, vu que normalement dans la plupart des cas votre campagne ne devrait avoir qu’un seul niveau pledge et c’est tout ! Votre offre doit avoir été suffisamment bien préparée pour que ce soit l’offre idéale et qu’il n’y ait qu’elle a présenter, vu que de toutes façons les autres n’auraient pas été intéressantes.

Bon d’accord, je raccourcis un peu, voyons donc cela un peu plus en détail…

Le niveau que l’on veut vendre

Déjà il faut donc que vous sachiez quelle est l’offre idéale pour le backer (d’un point de vue prix, contenu, gameplay, etc) mais surtout pour vous en terme de volumes de production ou de marge par exemple. Cette offre sera celle proposée dans ce que j’appellerais “le niveau de pledge que l’on veut vendre”, normalement si tout se passe bien vous devriez avoir au moins 95%  des backers sur cette offre en fin de campagne.

Le faire valoir (… oui, celui que l’on ne veut pas vendre)

Parfois, votre offre principale va avoir des défauts, comme par exemple un coût un petit peu élevé (je pense que c’est quasiment le seul cas en fait). Dans ce cas on pourra utiliser un pledge avec uniquement la boîte de base, par exemple en “produit d’appel”, mais sans perdre de vue le fait qu’il faut impérativement que le backer choisisse l’autre pledge…

Un équilibre souvent difficile à doser, mais sur Kickstarter les backers ont une tendance naturelle à avoir le syndrome de FOMO donc normalement, si le contenu de votre pledge principal est suffisamment “plus étoffé” que le produit d’appel et avec un écart de prix raisonnable, les backers devraient naturellement se diriger vers le “bon pledge”.

Les pledges à $1

Alors, dans l’absolu il n’y a pas besoin de pledge à $1 vu que l’on peut toujours pledger ce montant pour suivre ou commenter même si il n’est pas proposé en tant que pledge a part entière.

Je suis par contre en phase de réflexion quand à savoir si, dans le cas ou vous avez un pledge manager ouvert aux late pledges, ça ne permettrait pas de faire de la collecte de backers intéressés… à suivre. Je l’expérimenterai peut-être au cours d’une de mes prochaines campagnes, ou je vous ferai peut-être un billet sur l’avancée de mes réflexions sur le sujet.

Les pledges exotiques…

Alors NON, je ne parle pas des teeshirt, mugs et autres cartes postales ! Cela vous pouvez directement les oublier ! Je pensais plutôt à des campagnes pour lesquelles il y a une vraie pertinence à avoir un pledge avec un contenu « exceptionnel ». Typiquement, cela peut être une lithographie numérotée si le travail artistique (ou l’artiste) de votre campagne le justifie, ou pourquoi pas une version pro-painted  de vos figurines (non, je ne parle pas de pré-peint usine…).

Dans ce cas, je pense qu’il est possible d’envisager ce type de pledges mais, dans l’absolu, c’est tout de même à bien réfléchir parce que cela va diluer le pledge principal et faire réfléchir le backer, voire risquer de lui donner l’impression que le pledge « cher » est le pledge principal et donc le freiner dans l’acte de pledger…

Pour conclure

Donc, pour conclure, je dirais que normalement votre campagne devrait donc idéalement n’avoir qu’un pledge, celui que vous avez envie de vendre, accompagné éventuellement d’un faire valoir. En théorie, je vous conseillerais de toujours avoir ce faire valoir pour son efficacité, mais il est parfois difficile de bien doser les deux pledges, et dans le doute je reste persuadé que le pledge unique sera de loin plus efficace qu’un faire valoir mal dosé.

Et vous à votre avis, est il plus efficace d’avoir un pledge unique ou d’avoir plusieurs pledges pour pouvoir par exemple adresser plusieurs publics avec des moyens financiers différends ?

2 thoughts on “[Réflexions] Combien de niveaux de pledges pour ma campagne ?

  1. Tout pareil, la plupart du temps, quand il y a plus de 3 pledges (sans compter les éventuels EB) ça devient « illisible » et pourtant je ne pense plus être dans le débutant de la lecture de pages de campagnes ^^

    Je crois que les pires dans le domaine (même si leur cas est particulier) c’est les campagnes pour des jeux de figs pur et dur, y’a souvent 10 voir 20 pledges, ça fait mal au crane ! 🙂

Laisser un commentaire