[Réflexion] Le regroupement des Strech Goals en extensions…

Il y a une pratique au sujet des Strech Goals qui ne fait pas encore l’unanimité, mais en laquelle je crois beaucoup d’un point de vue économique et marketing, et ce depuis assez longtemps : le regroupement des Strech Goals en extensions destinées à la vente dans le commerce. Jusqu’à il y a peu, c’était principalement une technique utilisée par des KS de taille petite ou moyenne, et parfois quelques rares gros KS. Mais le plus souvent, sans vraiment préciser que plusieurs SG seraient regroupés sous forme d’une extension destinée à être disponible dans le commerce. Au pire, certains le faisaient ouvertement mais sans nécessairement “valoriser” le tout.

Une accélération de la pratique en 2015…

C’est peut être psychologique, mais j’ai l’impression que, petit à petit sur la dernière année, cette méthode de découpage et surtout sa valorisation en terme de “valeur globale du pledge”, est en train de devenir la norme…

L’exemple le plus marquant cette année aura sans doute été CMon avec Blood Rage, Black Plague et The Others pour lesquels, au fur et à mesure que l’on dévoilait les SG, on les regroupait en extensions qui étaient, pour les deux derniers, directement valorisées avec un MRSP (prix public). On a aussi pu voir Mare Nostrum, où l’ensemble des SG ont été regroupés dans une boîte d’extension vendue séparément dans le commerce avec une valeur proche du prix de la boîte de base (Atlas)

… mais une pratique plutôt ancienne

Alors la pratique n’est pas nouvelle, on la retrouve depuis longtemps. Par exemple, en 2013 avec les DPG, pour Heroes of Normandie. Les SG livrés aux backers étaient directement des versions boutique et, pour la plupart, regroupés par thématique pour faire une extension. Pas une nouvelle pratique, mais pas la norme non plus, de livrer des extensions boutique au backer. On voit, par exemple,  Mantic qui livre en ce moment Dungeon Saga avec ses SG en vrac, alors qu’il s’agit du même contenu que celui qui sera vendu dans le commerce sous forme d’extensions. Mais là encore, à part le packaging, on retrouve la même extension en SG et en boutique.

Et alors… c’est bien pour le porteur de projet ?

Pour moi, cette présentation des SG pourrait à terme supplanter le KS Exclusif (ou du moins le réduire de manière importante sur les projets), car c’est un outil aussi efficace mais moins pénalisant pour la vie post-KS des jeux et moins coûteux a mettre en oeuvre pour l’éditeur.

En effet, en valorisant pendant le KS l’ensemble des SG débloqués, on peut mettre un prix sur ce que l’on pledge. Souvent, ce prix est élevé par rapport au montant du pledge et devient donc une raison de se décider “maintenant” presque aussi forte que les exclusivité KS. Même si quelques petites exclusivités offriront aussi un avantage décisif vis à vis des FOMO et collectionneurs, pour la majorité cet argument du ratio “prix payé sur valeur réelle” se suffira à lui même.

Pour la vie post KS d’un jeu, et c’est encore plus vrai d’ailleurs pour les petits éditeurs que pour les Big Ones, cela permet en effet de faire fabriquer des extensions en bénéficiant des réductions de coûts liées aux volumes du KS, d’avoir une plus grande facilité à atteindre les minimums de production (en additionnant backer et stock pour la distribution) et enfin d’amortir la conception des SG non seulement sur les backers mais aussi sur la distribution boutique (reste évidemment le côté équilibre économique à résoudre, tout cela n’étant pas toujours possible, ou pas nécessairement pour l’ensemble des SG).

Un deal win-win dans la majorité des cas

Pour conclure, il s’agit pour moi clairement le plus souvent d’une solution Win-Win. Pour le backer d’une part, qui peut directement valoriser ses SG si on les lui présente sous forme d’une extension avec un MRSP chiffré. Et d’autre part pour l’éditeur, qui peut amortir ses SG sur la vie boutique du produit et profiter de leur tirage pour baisser le coût de fabrication unitaire de ses extensions

De plus, les présenter ainsi ne force pas nécessairement à les fabriquer ou commercialiser de suite pour le circuit traditionnel, c’est juste une possibilité que se réserve le créateur. Et comme l’a démontré Mantic, il n’est même pas vraiment nécessaire de les packager dans des boites boutiques (même si, très honnêtement, je pense que la présentation “en vrac” de Mantic est un exemple à ne pas suivre tel quel). 

Il n’y a donc de mon point de vue que peu d’inconvénients pour la plupart des projets, à part le risque en lui même de se passer des exclusivité comme argument massue… Et rien que ça mérite réflexion avant de se lancer, ne serait-ce que pour trouver un bon équilibre.

Et vous, pensez vous qu’il est plus efficace d’utiliser cette présentation  des strech goals ?

One thought on “[Réflexion] Le regroupement des Strech Goals en extensions…

  1. Même point de vue que toi, c’est vraiment très malin pour la sensation de « bonne affaire » car le backer lambda se rends compte bien plus facilement de la valeur de ce qu’on lui offre.

    Quand en plus c’est valorisé intelligemment avec un ptit MSRP discret puis à la fin un Retail value global du pledge, ça donne vraiment un attrait colossal à tout ça !

    Clairement quand on compare le Retail Value d’un pledge Blood Rage à l’offre de précommande exclusive Edge avec une bonne partie de ces bonus KS mais au prix fort, ça fait mal !
    Ce sera encore pire sur Zombicide : Black Plague je pense à la simple vue du tarif de la précommande de la Core Box qui à déjà augmenté à lui tout seul … (99€ Vs. 89€ sur les précédentes)

Laisser un commentaire