[Réflexion] Le montant des frais de port dans le cadre d’un “petit pledge”…

Aujourd’hui, je suis en pleine réflexion sur l’ajustement des frais de port pour un projet à venir et je me rend compte qu’une fois de plus c’est un véritable casse-tête à résoudre, surtout quand on parle d’un projet avec un pledge ayant un montant relativement faible. Je vais donc, pour l’ensemble de ce billet, me concentrer sur les pledges de moins de 50€, et plus particulièrement sur ceux entre 15 et 30€, là ou le montant des frais de port peut vite représenter 20 à 30% du montant du pledge (voir plus !).

En gros, je vais faire l’impasse pour aujourd’hui sur les projets qui ont un pledge principal autour de $100 et au delà. En effet, pour ces types de pledges, il est devenu la norme de facturer les frais de port lors du pledge manager, et de plus de les facturer grosso modo au réel. En effet, les nombreux addons vont souvent entrainer un calcul complexe du coût des frais de port. Qui plus est, leur montant est généralement assez élevé et il pourrait être dissuasif de le prélever en même temps que le pledge.
(Note : je fais volontairement beaucoup d’impasses sur ce paragraphe étant donné que l’on s’éloigne de mon sujet du jour, entre-autres les autres avantages du pledge manager comme les frais plus faibles ou la possibilité d’augmenter assez simplement la cagnotte de manière significative…)

Impossible de les facturer au réel…

Il suffit de s’arrêter quelques instants sur les tarifs de la poste, ou même de logisticiens, pour se rendre compte qu’envoyer le moindre colis en France va déjà vous coûter 6 à 8€… Alors si vous devez expédier dans d’autres pays européens, voir même plus loin, la note va vite tourner autour d’une grosse dizaine d’euros ! Et ça, pour un pledge à 20-25€, ça va indéniablement poser un problème.

En effet, payer 10€ de frais de port sur un pledge à 20€ ça ne passe pas ! Pas besoin d’être un pro du marketing pour se rendre compte que le backer va bloquer psychologiquement là dessus, et on peut d’entrée de jeu anticiper un gros « gate”, voire même que la plupart ne pledgeront pas et passeront tout simplement leur chemin.

L’intégration des frais de port dans le pledge.

La solution est bien connue et maîtrisée par la plupart des campagnes actuelles : il suffit d’intégrer une partie des frais de port au montant de votre pledge. Je ne vais pas rentrer aujourd’hui dans le détail de “comment trouver le bon montant pour son pledge” mais, normalement, sur un pledge autour de 20-25€ il y a deux grandes possibilités : soit vous êtes proche du prix public (et vous faites la différence sur les SG, cas le plus probable à ce montant de pledge), soit vous vous êtes positionnés très nettement en dessous pour avoir une offre attractive.

Dans le cas où vous vous êtes positionné autour du prix public du produit, vous devez normalement avoir des marges de manoeuvre importantes côté financier, même avec une politique de SG généreuse, et donc il sera simple pour vous d’intégrer une partie des frais de port à votre pledge. Par exemple, un pledge à 25€ + 7€ de frais de port pourrait passer 25€ + 3€ de frais de port, les 4€ restants étant déduits de la marge sur le pledge.

Dans le cas où vous vous positionnez très largement sous le prix public pour avoir une offre attractive, il suffira de trouver un mix entre une augmentation du montant du pledge et la baisse de la marge. Par exemple pour un pledge à 25€ mais d’un produit à 35€ prix public + 7€ de frais de port, vous pourriez passer à 27€ + 3€ de frais de port, en prenant partiellement sur votre marge (pour 2€) et partiellement par une augmentation du montant du pledge (pour 2€ aussi).

L’intérêt de bien présenter les choses.

Il y a un sujet sur lequel je suis plus mitigé, c’est le fait de détailler les choses comme par exemple ci dessous pour la campagne de Scythe. L’intérêt est facilement visible : on voit clairement l’effort consenti par le porteur de projet concernant les frais de port. Mais personnellement je trouve que c’est un intérêt “faible” par rapport aux inconvénients liés.

En effet, on risque d’avoir avec une telle présentation des “râleurs” sur le fait que les frais de port réels sont exagérés (lire : qu’on leur ment, la théorie du complot, etc.). Mais surtout, on perd le coté “waouh effect” sur le fait que les frais de port ne sont vraiment pas chers. C’est certes irrationnel, mais un à priori positif sur des frais de port extrêmement bas va se répercuter sur le pledge lui même qui semblera lui aussi moins cher… et donc une encore meilleure affaire à ne manquer à aucun prix !

Un exemple des fdp
Présentation de la prise en charge des frais de port sur la campagne de Scythes

Et pourquoi pas les frais de port offerts ?

Alors personnellement, je vous déconseille vraiment cette approche. Non pas parce-que cela change quoi que ce soit au final, mais pour les messages négatifs qu’elle va envoyer aux backers.

Bien sûr, au final ils payeront le même prix total, mais le pledge de base sera beaucoup plus élevé, et c’est la première chose que regarde inconsciemment un backer quand il arrive sur la page d’une campagne Kickstarter ! Donc, qui dit pledge plus élevé dit une première impression négative en comparaison à d’autres campagnes similaires ou des produits boutique.

D’autre part, il va vous être difficile d’avoir les frais de port gratuits pour “tout le monde” et donc certains vont devoir en payer, et ça c’est aussi une mauvaise idée ! Le but d’une campagne Kickstarter, comme l’explique d’ailleurs très bien Stegmaier dans son livre, est de n’avoir que des backers “gagnants”, mais en ayant une partie des backers qui payent des frais de port alors que d’autres n’en payent pas on se retrouve avec des “gagnants” (frais de port offerts) et des “perdants” (qui les payent). Autant, par exemple, pour les Early Birds je trouve que le gain de la mécanique vaut largement le fait de créer un sentiment de “perdant”, autant le “frais de port offerts” n’apporte pas suffisamment d’intérêt pour que le jeu en vaille la chandelle.

Pour en avoir parlé avec pas mal de porteurs de projets, même si les arguments ne sont pas toujours les mêmes que les miens, globalement le consensus est le même sur les frais de port offerts : “à bannir”.

Des “Français râleurs” aux “Américains centre du monde”…

J’ai toujours soutenu qu’il y a une règle d’or à toujours respecter sur les frais de port si on veut toucher le marché Américain : ils doivent toujours avoir l’impression d’être dans ceux qui payent le moins ! Soit en les intégrants à la première tranche de tarifs de frais de port (même si ils sont en réalité la partie haute de la tranche), soit en prenant en charge une petite partie supplémentaire de leurs frais de port, soit tout bêtement en cherchant une meilleure solution logistique les concernant (voir les deux : prendre en charge si ils sont peu nombreux, et si leur nombre augmente significativement trouver une solution logistique optimisée!).

Avec une campagne Française récente (Yokai Battle), qui s’appuie sur la nouvelle offre de Ideaspatcher concernant les US, j’ai découvert une nouvelle problématique : la réciproque est vraie avec les Français qui pour une campagne portée par des Français ne doivent jamais payer plus que les autres (je vous laisse faire le tour des forums comme Cwowd ou Trictrac pour voir les râleurs)… A voir si il faut augmenter les frais de port des US, ou prendre en charge une partie de ceux des Français (mais pour le coup cela est beaucoup plus risqué pour l’équilibre du projet, on pourrait en effet se retrouver avec 50% de Français par exemple…).

Je n’ai pas de réponse magique ni toute faite pour cette nouvelle problématique, mais je pense qu’il va falloir que les porteurs de projets trouvent rapidement des solutions idéales avec Ideaspatcher qui semble devenir la référence en France de la logistique des campagnes Kickstarter (avec une offre quasi imbattable sur le RoW, et maintenant à priori les US quasi moins chers que la France)

Pour conclure

On s’en rend compte, autant il est simple de gérer les frais de port sur des campagnes avec des pledges élevés, autant sur une campagne pour un petit pledge c’est une vraie problématique à résoudre en amont. En effet on ne peut pas bricoler avec les frais de port si on les collectes via Kickstarter vu qu’ils ne sont plus modifiables une fois le pledge créé. Mais même si on les collecte après la campagne via un pledge manager, il vaut mieux avoir donné “la bonne fourchette” de prix dès le départ, car si le montant annoncé est trop élevé les backers potentiels qui sont  déjà passés ne reviendront pas (on a récemment un exemple de tentative de récupération avec la campagne d’Argo qui annonçait +50% du pledge en frais de port, je doute que beaucoup des backers ayant bloqués les premiers jours sur ces frais de port soient repassés voir l’update qui les a allégés…).

Pour terminer, je me rend compte que j’étais parti pour faire un tout petit billet de deux trois paragraphes pour mettre mes idées au clair… et ça à été un peu plus long que je ne le pensais. J’espère ne pas vous avoir perdus en route.

Par contre, j’aimerais vraiment avoir votre avis en tant que backers (ou porteurs de projet), que pensez vous des “frais de port offerts”, et surtout quel serait pour vous le montant idéal de frais de port à laisser à la charge du backer pour un pledge autour de 20 à 30 dollars ?

5 thoughts on “[Réflexion] Le montant des frais de port dans le cadre d’un “petit pledge”…

  1. Les frais de port offerts c’est nul, c’est clair. Personne ne s’attend à avoir le port gratuit, alors autant ne pas se lancer dans un truc aussi dangereux pour le porteur.

    Concernant les frais de port sur un petit projet (en prix), perso je dirais que maximum un quart du prix du pledge serait l’idéal. Mais c’est toujours pareil, tout dépend du projet lui-même et de ce qu’il offre pour son prix.

    Par contre, je pense qu’un des axes de réflexion sur les frais de port pourrait être la facilitation des pledges groupés. C’est une tendance qui s’accentue à cause du coût toujours plus élévé du port et dernièrement certains porteurs de projets ont constaté que les PG en provenance d’Europe commençaient à représenter une proportion de moins en moins négligeable. Peut-être y a t’il là une piste à explorer sérieusement laquelle, si elle ne résoudra certainement pas la problématique globale des FdP, pourrait pour le moins apporter quelques pledges supplémentaires. Et nombre de petits projets en sont réduit à grapiller les pledges quasiment à l’unité pour financer.

    1. Une vraie problématique les pledges groupés, autant je comprends bien le point de vue coté backers, autant même si c’est parfois possible a organiser c’est souvent uniquement sur la marge du porteur de projet que se fait l’économie, reste a déterminer si à la fin le tout est rentable ou pas…
      (Là je parle surtout des projets ayant un warehouse US et un EU… pour les américains qui ne « s’emmerdent pas trop a optimiser les fdp » c’est moins vrai et là l’économie sur les fdp peut en effet être significative en groupant les pledges…)

  2. Bon article et il est vrai que le montant du frais de port d’un petit pledge à un impact important sur les backers.

    C’est difficile de dire mais pour un plege de 20-30$, ça ne devrait pas dépasser les 5-8$ (selon le pays de destination aussi) et pour ça, effectivement, le porteur devrait prendre en charge une partie pour réduire le coût des backers.

    Pour les plus gros pledge (100$+), il y a un autre facteur dont je pense est interessant à analyser : US-friendly shipping, Canada-friendly shipping, EU-friendly shipping, etc.

    1. Oui c’est vrai que j’ai complètement occulté le EU/US (/Canada) Friendly, c’est en soit un énorme sujet, et je pense que pour les petits projets il est peut être moins important (encore que le EU/US est amha tout de même idéal quand il est possible…)

  3. En effet, en tant que backer, même dans ma tête je ne suis pas fixé sur ce que j’attends coté fdp pour un petit projet … Clairement la zone limite se situe entre 1/4 et 1/2 du prix du projet, mais il va aller de paire avec une analyse du prix / contenu.

    C.a.d que même si le fameux tableau que tu met en exemple n’est pas présent, chaque pledgeur régulier je pense est capable de faire une petite analyse du cout du pledge qu’on lui propose, et d’en déduire (à tord ou a raison) si le prix du pledge embarque du shipping ou non.
    Partant de là, personnellement mon analyse sur le pourcentage du fdp « a ma charge » sera différent.

    Qu’on m’annonce du fdp gratuit ne m’intéresse pas, je sais très bien qu’il est intégré d’une manière ou d’une autre.
    Qu’on m’annonce du fdp inclus avec un peu de détail j’aime bien, je paye une fois et c’est réglé.

    Au final ce que j’aime le plus pour les « petites » campagnes, au delà de la manière de présenter cette mathématique, c’est de n’avoir a payer qu’une fois pendant la campagne et basta. Les grosses campagnes suffisent pour le suivi PM/Shipping, si les « petites » peuvent m’éviter quelques lignes de plus à surveiller dans mon tableau ça m’arrange !

Laisser un commentaire