[Analyse] Retour sur la campagne Sword & Sorcery

Campagne KS Suivi Kicktraq

A la base, j’avais prévu d’écrire cet article en début de semaine pour pouvoir faire l’analyse sans préjuger du résultat de la campagne. Mais les aléas du direct, et surtout un manque de temps, ont fait qu’au final je vais faire une petite analyse de quelques moments clés de cette campagne seulement maintenant que l’on sait qu’elle a dépassé les $500k.

L’objectif de ce billet, plus que de faire une analyse de l’ensemble de la campagne, va être d’analyser quelques éléments clés de celle-ci que j’ai trouvé particulièrement intéressants : l’Early Bird “temporel”, le moment choisi pour proposer l’add-on “Dragon” et enfin le moment choisi pour annoncer le pledge all-in.

Sword_Sorcery
Suivi de la campagne par Kicktraq

Un Early Bird Temporel…

Déjà, même si je l’ai souvent dit, je n’aime décidément pas les Early Birds “temporels” (c’est à dire qu’au lieu d’en limiter le nombre, on les autorises à tous sur une période donnée, en général 24 ou 48 heures en début de campagne). Non pas que ce soit une “mauvaise idée” en terme de communication, bien au contraire, mais en terme de dynamique de campagne ils entraînent un risque élevé.

En fait, cette campagne à mis en évidence le risque que je vois à ce type d’EB : quand au tiers de la campagne on a plus de 80% des pledges qui sont des EB, on a toujours le risque de n’avoir à faire qu’a des backers qui sont en fait des chasseurs de bonnes affaires (SG/EB) et qui, si ils estiment l’offre “insuffisante”, vont “fuir en masse”. Généralement, on constate cette fuite massive en fin de campagne, mais il arrive aussi qu’elle commence plus tôt et qu’elle casse (ou ralentisse) la dynamique de déblocage de SG que le créateur du projet voulait maintenir.

Le dragon, redresseur de campagne!

D’ailleurs, c’est un peu ce qu’on a constaté sur cette campagne où, malgré un nombre correct de backers (autour de 2000 à mi-campagne) et la mise a disposition régulière de petits add-ons (autour de $10), à quasi mi-campagne il arrivait à peine une vingtaine de nouveaux backers par jour, et le montant quotidien plafonnait autour de $2-3k. Mais surtout, il y avait toujours plus de 80% d’Early Birds, et donc indirectement seulement 20% de backers “fiables”. Je n’ai pas lancé l’outil de monitoring, mais je pense qu’en plus les désengagements étaient assez nombreux sur les Early Birds (il était assez facile d’en voir des disponibles à cette période).

Bref, ca commençait à devenir compliqué, à couiner un peu dans les commentaires, et la position du créateur devenait un petit peu inconfortable. A partir de là, à mon avis, il y avait deux solutions possibles (la troisième étant de faire le dos rond et attendre que ça passe, mais je ne pense pas qu’elle aurait été pertinente) : jongler avec les montants des strech goals, ou sortir un gros add-on qui soit un “auto buy” pour les backers pour relancer la machine. C’est là qu’arrive le Dragon (avec un D majuscule) qui, proposé en add-on dans une extension à $40, a permis à la fois de relancer la machine et aussi de sécuriser les backers présents avec un côté “rien que pour le dragon je reste”.

L’arrivée du pledge all-in… pardon, “des” pledges all-in.

Dernier point clé marquant de la campagne sur lequel je voulais revenir : le pledge all-in lancé à une semaine de la fin de la campagne. Bon, ok il y en avait même deux, un à $170 et un à $199, mais j’avoue que je ne comprends vraiment pas l’idée derrière ce découpage… Pour moi un pledge all-in est plutôt un pledge qui fait que le backer ne “doit pas réfléchir”. Il a juste à cliquer et il a tout, c’est aussi simple que ça. Le fait d’avoir deux pledges est à mon avis contreproductif, d’ailleurs avec dix fois moins de backers que celui à $199, celui à $170 était vraiment inutile…

Mais au final ça à donné quoi?

Au final, c’est un grand succès, sans grande surprise vu que Ares n’en est pas à son premier KS et que l’ensemble est tout de même bien préparé et semble de qualité que ce soit pour le jeu ou le matériel… Avec un résultat supérieur à $500k on est clairement dans les succès du genre, hors big ones comme CMon ou Mantic, et même si je n’aurais pas cru, à quelques jours de la fin, qu’ils dépasseraient ce seuil symbolique, il était évident qu’ils n’en finiraient au pire pas loin…

Et moi, qu’est ce que j’aurais fait…

Par contre, je pense que toute la partie du ventre mou de la campagne à du être quelque peu stressante de leur côté, et encore plus à l’arrivée sur les rappels des 48h avec deux tiers d’Early Birds (bon, vu le nombre de Strech Goals débloqués, le risque de fuite était tout de même quasi nul… mais difficile d’être sûr). Personnellement, quand je vois ce type de résultat (50% d’EB au final), cela me conforte dans l’idée que l’Early Bird temporel est tout sauf une bonne idée. Au pire du pire, si on veut vraiment un Early Bird qui ne soit pas “élitiste” (lire : un jeu de hasard), que l’on est sûr que son stock d’Early Bird va partir en quelques minutes et que l’on souhaite tout de même proposer des Early Birds, on pourrait limiter à 15, 30 ou 60 minutes. Mais l’Early Bird 24h ou plus, clairement, à part quelques cas très particuliers (Mare Nostrum par exemple) ça se passe mal en général. Et je ne parle même pas du coût de celui-là pour Ares qui dépasse tout de même les $20.000 (soit 4% du montant levé pendant la campagne, autant que la commission de Kickstarter) !

Concernant le dragon, au final il a eu assez peu d’effet sur la dynamique de campagne pendant le ventre mou, et même si il a redressé la barre ça n’a pas non plus été flagrant. Personnellement, c’est typiquement le type d’add-on que j’aurais conseillé de garder et de le “sortir du chapeau” autour de 72-96h de la fin pour lancer le rush final avec une sorte de “bouquet final des add-ons”.

Reste le pledge all-in… J’ai déjà expliqué plus haut qu’en avoir deux me semblait une mauvaise idée, reste le moment où il a été lancé, à 7 jours de la fin de la campagne. J’avoue que ça a marché, avec 20% des backers sur ce pledge, même si j’étais sceptique sur le moment du lancement. En effet, c’est typiquement le type de pledge qui va entraîner un emballement et, en terme de dynamique de campagne, on sait que l’on va avoir un maximum de passage d’indécis dans les dernières 48h. J’aurais donc, comme le dragon, mis en ligne ce pledge juste avant le rush final pour pouvoir profiter à bloc du montant généré (et donc des SG débloqués) pour lancer le phénomène de rush final.

Petit calcul amusant sur le rush final

Souvent, sur ce type de campagne, le rush final représente 20 à 33% du montant total de celle-ci, et est aussi assez similaire au cumul des deux premiers jours de campagne. Mais qu’en est il ici ?

A première lecture, avec seulement $90k on est loin du compte, et si on s’arrête là le rush final semble assez ridicule… Mais le rush final est souvent le cumul de deux effets : ceux qui attendent la fin de la campagne pour se décider (que ce soit avec le rappel 48h, ou une note dans leur agenda), et ceux qui ne veulent pas modifier leur pledge plusieurs fois durant la campagne et n’ajoutent donc les addons qu’à la fin.

Hors, avec l’annonce du “dernier SG” et du pledge all-in, une partie du rush final a été lancé presque 8 jours avant la fin. Donc, si je réintègre les quasi $60k en plus qu’il y a eu sur cette période (par rapport à la moyenne quotidienne des jours précédents) on arrive à $150k, ce qui est bien plus près de ce à quoi on à l’habitude sur ce type de campagne…

Laisser un commentaire